TITIN CASSEMAC L ELECTION

TITIN CASSEMAC L’ ELECTION

LES PROTAGONISTES

Ce matin, il pleut.
Après avoir bu le café au PAVILLON BLEU ,je prends la route, direction CARGÈSE.
Après une heure de route, je découvre une maison, au bord de la plage du PERU où une plaque m’annonce la couleur : “CI GITE NOËL ROCCHICCIOLI “.
Cet homme de 89 ans, ancien dentiste dont on dit qu’il n’a jamais fait une piqûre mais qu’il racontait des histoires pour endormir la douleur, à l’œil vif et malicieux, me présente son petit chat “AIDA”.
Ce vieux monsieur peut être considéré comme un des premiers défenseurs de la langue CORSE … par le rire.

Après m’avoir offert un porto, il commence à me conter l’histoire de ces élections, narrant des anecdotes, toutes plus succulentes les unes que les autres, en triturant les mots.
Il associe à cette saga, TOTO SALINI et ETIENNE PARODIN, président du club “I MONTA SEGA” dont la devise était : “LE RIRE, C’EST PAS DE LA RIGOLADE”.
LA GÉNESE DE L’AFFAIRE

En cette soirée d’hiver 1966, ayant fermé son cabinet de dentiste, NOËL ROCCHICCIOLI rencontre TOTO SALINI sur le cours Napoléon, qui lui apprend qu’il vient de déposer la candidature de Lucien LORENZI, dit “CASSEMAQUE“ aux prochaines élections cantonales des 11 et 18 décembre 1966, contre le maire de l’époque, PASCAL ROSSINI.

NOËL ROCCHICCIOLI décide qu’il se chargera de la campagne publicitaire.
Il publie un journal “I MONTA SEGA” et opte pour un slogan

“CONTRE LE MIC MAC,
VOTEZ CASSEMAQUE”.

QUI ÉTAIT CASSEMAQUE ?

TITIN CASSEMAQUE habitait au dernier étage du 32, cours Napoléon.
Livreur chez BALSA FLEURS, il était entré dans la légende ajacienne à la fin des années 1940 lors de son mariage, célébré en grandes pompes.
Chanteur invétéré et de talent, il était toujours le premier à se présenter aux radio crochets, avec sa chanson fétiche “trois jeunes fillesdans un pré“.
Certaines de ses expressions font aujourd’hui partie du patrimoine ajaccien :

“PA BÀ“;
“E’ ALLORA “,
“ANCU A PUMATA“.

LE DÉROULEMENT DE LA CAMPAGNE ÉLECTORALE

Les ajacciens se sont rapidement interressés à la démarche, qui a été suivie dans les différentes couches de la population.
Tout le monde en parlait et les demandes d’adhésion au club des “MONTA SEGA” affluaient.
Les rendez-vous quotidiens à la brasserie du port, siège du club, étaient le point départ des pastizzata dans les différents lieux prisés des ajacciens : le zanzibar de RAMACCIOTTI, le checos de FRANCOIS TORRE, le ROI JÉROME avec barbe d’or, le BAR DENIS avec GRIMIGNI, LE TOUT VA BIEN de PIERROT FAEDDA.
Pour ses prestations en public, CASSEMAQUE était tout de mauve vétu, jusqu’à une superbe paire de mocassins, teints en mauve, à la carrosserie du port chez JEANNOT DENURA.
“PA BA, QUISSI SI CHI SÒ BELLI “ s’était-il exclamé en les essayant.

Les commentaires sont fermés.

Share Button

Partenaires

Dernier numéro

Articles